Comme partout dans les campagnes africaines, la cuisine est faite sur des foyers ouverts « à 3 pierres » sur lesquelles on pose la marmite. Ce système présente beaucoup de désagréments : action du vent sur les flammes, danger de renversement de la marmite, consommation excessive de bois…

L’idée des foyers fermés améliorés s’est rapidement concrétisée. D’une part parce que ces foyers résolvent tous les inconvénients cités plus haut, mais en plus, ils sont fabriqués avec des matériaux locaux gratuits (4 mesures de banco pour une mesure de bouse et une mesure de paille) et la technique de fabrication peut se transmettre facilement de femmes à femmes.

C’est pourquoi ASSS a initié plusieurs phases de formation des femmes en prenant en charge les frais de nourriture et ceux de la formatrice. Rapidement, les villageoises ont transmis le mode d’emploi à leur entourage.